Gliocure cible la tumeur du glioblastome

Gliocure regroupe une équipe reconnue d’experts internationaux tant au niveau des dirigeants que du conseil scientifique. La startup a signé un accord avec l’université canadienne McGill pour se développer sur le marché nord-américain.

Le glioblastome cause chaque année environ 15 000 morts en Europe et 9 000 aux États-Unis. Il s’agit de la tumeur primitive du cerveau la plus courante et la plus agressive. Créée en 2016, spin-off des universités d’Angers et de McGill à Montréal, Gliocure travaille sur une thérapie innovante visant les cellules malades. Actuellement, seules une intervention chirurgicale et la radiothérapie, associées à de la chimiothérapie, sont proposées, des approches qui présentent des risques importants de récidive et d’effets secondaires. La jeune pousse angevine se focalise sur la mise au point d’une technologie de ciblage des cellules gliomales, c’est-à-dire les cellules gliales cancéreuses, baptisée GlioVector.

Un premier produit, le GC01, peptide anti-mitotique de nouvelle génération, semble prometteur. Objectif : pouvoir l’administrer sous forme de gel au patient lors de l’opération, juste après l’ablation de la tumeur. Le chemin à parcourir reste néanmoins long. « Les premiers essais cliniques sur l’homme ne démarreront pas avant trois ans et seront suivis de cinq à six années supplémentaires de développement », souligne le président Louis-Marie Bachelot.

Une équipe d’experts

Les trois fondateurs dont Joël Eyer, directeur de recherche à l’Inserm et inventeur principal, se sont entourés, il y a quelques mois, d’un conseil scientifique et médical composé de trois chercheurs de premier plan dans les domaines de la neurochirurgie, de l’oncologie et de la pharmacie. Les premiers travaux de Gliocure ont bénéficié d’un financement de la SATT Ouest valorisation (200 k€) dans le cadre d’un accord d’investissement technologie. La société a également bénéficié de deux aides du conseil régional (10 k€) et d’une bourse « French Tech émergence » (42 k€). Elle espère finaliser prochainement une première levée de fonds de 400 k€ auprès de business angels.

Siège

Angers

Activité

Recherche médicale

Effectif

2 salariés

Dirigeants

Louis-Marie Bachelot (50 % du capital), président, Joël Eyer (40 %), directeur de recherche à l’Inserm, Claire Lepinoux-Chambaud (10 %), responsable R&D.

En savoir plus

www.gliocure.com