Promotal redessine les contours du cabinet médical

Questionner le patient, le faire asseoir sur le divan, établir la prescription au bureau… Les gestes du médecin généraliste semblent immuables. Promotal a pourtant entrepris de changer la donne, en reconfigurant les équipements et l’espace global du cabinet médical. En témoigne le fauteuil d’examen, que l’entreprise mayennaise a présenté en début d’année dernière. Conçu avec une société nantaise de design, eMotio@ a vocation à remplacer le divan habituel. Doté d’une colonne d’élévation, et de moteurs électriques, ce fauteuil propose 4 positions différentes. Sélectionnant la hauteur voulue – la position basse jusqu’à 45 cm permet aux personnes à mobilité réduite, blessés, femmes enceintes, etc. de s’asseoir sans difficultés –, le médecin tourne facilement autour du patient.

« Avec eMotio@, le médecin peut programmer au préalable la position d’examen la mieux adaptée, ce qui réduit pour lui les risques de TMS, indique François Carrière, le DG de Promotal.

Le fruit de 200 observations

À terme, le professionnel pourra accueillir son patient directement sur le fauteuil, se dégager de l’espace et faire évoluer ses pratiques. Pour mettre au point cet équipement, Promotal a mené une étude (300 k€) de 2012 à 2014, en réalisant 200 observations dans les cabinets de médecins généralistes en Angleterre, France, Allemagne, Italie et Espagne. Il en ressortait notamment que, dans 80 % des examens, le diagnostic se fait assis. Avec une inadaptation du divan classique. Commercialisé depuis la mi-2015, eMotio@ se vend aujourd’hui en Europe et au Moyen-Orient, renforçant la présence à l’export de Promotal. Fournissant 70 pays, le fabricant de matériel médical réalise 70 % de son chiffre d’affaires à l’étranger.

Siège

Ernée (53)

Activité

Équipements et mobiliers médicaux

CA 2014

15,2 M€

Effectif

95 salariés

Dirigeant

François Carrière

Le fauteuil mis au point par Promotal a déjà trouvé son marché en France et à l’export, car il répond à un marché et un besoin mondial.

Le jury des Trophées